Législatives : Aube-Durable interpelle les candidats

3 | 247 lecteurs | (actualisé le ) par Le bureau - Aube Durable

Communiqués

Méthanisation, nucléaire, néonicotinoïdes, réduction des déchets ou artificialisation des sols... les principales forces politiques (à l’exception du RN) ont accepté d’échanger, en face à face, avec nous sur ces sujets cruciaux pour notre département. Retrouvez ici, pour vous forger votre opinion, les propositions de 10 candidats aubois à ces élections législatives.

1er circonscription

Grégory Besson-Moreau - Ensemble ! - LREM

Les intrants chimiques Pas d’interdiction sans solution. GBM rappelle que la loi sur les néonicotinoïdes permet une dérogation d’un an renouvelable 3 fois. Ces paliers permettent d’avancer vers la recherche de solutions. 20 millions d’euros ont été consacrés à la recherche d’alternatives non-chimiques. Ces recherches sont en train d’aboutir, notamment par des nouvelles espèces résistantes aux parasites.
Sur le glyphosate GBM prône également de mettre l’argent nécessaire pour préparer des alternatives. L’attente sociétale sur une sortie du glyphosate est forte. GBM souhaite s’inspirer de ce qui a été fait sur les néonicotinoïdes, notamment le conseil de surveillance qui montre son efficacité.
Les élevages industriels Les élevages industriels (à l’instar de ce qu’on voit aux Etats-Unis ou au Brésil) n’existent pas en France. Pour GBM le modèle d’élevage intensif fait partie de la gammes des élevages nécessaires aux attentes des consommateurs. Les contrôles des élevages par les services de l’Etat sont efficaces mais ils méritent d’être encore renforcés et soutenus.
 La méthanisation GBM est favorable à la méthanisation qui participe au mix énergétique. Les grosses unités regroupant plusieurs agriculteurs sont préférables à la multiplication des petites structures. Ces grosses unités seront ainsi mieux encadrées et permettront de mieux gérer les digestats. GBM souligne le besoin de mieux contrôler ce secteur par des normes ou des lois ainsi que de retravailler l’équilibre entre la vocation énergétique et alimentaire. Les biodéchets ont tout leur place dans les méthaniseurs. GBM insiste sur le besoin de développer la transparence dans le développement de cette filière afin de rassurer les populations concernées. 
 La réduction des déchets  GBM veut poursuivre les politiques déjà engagées qui permettent le développement des recycleries (comme celle de Vendeuvre), l’expérimentation du "Oui-pub" et la réduction des emballages. Défavorable à la tarification incitative.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols  Les lois votées vont dans le bon sens. GBM indique la nécessité d’une pause législative dans ce domaine afin "de ne plus mettre de bâton dans les roues" des maires, particulièrement dans la ruralité. Il faut, au contraire, soutenir le monde rural à se développer. Stop au développement des zones commerciales périphériques en nuançant toutefois cette position aux besoins qui pourraient se faire sentir sur un territoire.
 Le nucléaire et la transition énergétique Soutien au nucléaire et à la construction d’EPR. Confiance totale dans l’industrie nucléaire, la gestion des déchets et le contrôle par l’Etat de ce secteur. GBM indique la nécessité d’aller vers un mix énergétique. Une vigilance est nécessaire sur le développement des éoliennes trop souvent portées par des fonds d’investissement peu soucieux de la pérennité de ces investissements. Le développement des éoliennes doit également s’inscrire dans un accord avec la population. GBM est favorable au développement du photovoltaïques sur les toitures, notamment des bâtiments agricoles. Les agriculteurs doivent être accompagnés sur ce sujet.

Laurent Spagnesi - NUPES - EELV

Les intrants chimiques Interdiction immédiate des plus dangereux (Néonicotinoïdes et glyphosate). Sortie progressive de tous les autres le plus rapidement possible. Investissement dans la R&D pour trouver des alternatives biologiques.
Les élevages industriels  Fermeture rapide et progressive de tous les élevages industriels. Fixer un seuil maximum selon les espèces. Créer des conditions d’élevage décentes et soucieuses du "bien être" animal (accès au plein air). Règles à l’importation pour faire face à une concurrence déloyale.
 La méthanisation  Oui à une méthanisation à petite échelle permettant l’autonomie des exploitations agricoles. Culture dédiée à condition qu’elle soit faite dans le cadre d’une rotation des cultures. Non à la méthanisation industrielle qui ne peut rester que marginale. 
 La réduction des déchets  Pénaliser fortement le sur-emballage notamment dans la grande distribution. Ce sont les industriels et non les consommateurs ou les collectivités qui doivent payer la collecte et le traitement de ces emballages. Développer l’éducation sur la prévention. Favoriser la durabilité des objets (en agissant sur la garantie) ainsi que la réparation et le reconditionnement. A terme, généraliser la tarification incitative.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols Reconquérir du "sol libre" en désimperméabilisant les sols comme les parkings. Faire en sorte que l’eau de pluie s’écoule dans la nappe. Ralentir l’eau par tous les moyens (haies, méandres...). Végétaliser pour créer des îlots de fraicheur. Stop aux zones commerciales périphériques. 
 Le nucléaire et la transition énergétique  Le nucléaire est une impasse (réserve insuffisante, ressources liées à des pays instables.) La sortie est inévitable. Sortie progressive par la sobriété énergétique et l’essor des énergies renouvelables. Développer la recherche sur la fusion.

2e circonscription

Valérie Bazin-Malgras - LR

Les intrants chimiques Grande vigilance sur l’utilisation de ces produits. Pas d’interdiction sans produit de substitution. Le gouvernement doit donner tous les moyens nécessaires à la recherche pour trouver des solutions alternatives.
Les élevages industriels Le bien-être animal est fondamental. Les élevages doivent évidemment respecter les normes existantes et pour cela les contrôles doivent être renforcés. Des normes plus drastiques doivent également être votées.
 La méthanisation Tous les biodéchets, notamment dans nos agglomérations, doivent être récupérés pour les valoriser dans les méthaniseurs. De manière générale, la méthanisation ne doit pas représenter, par un développement qui serait mal maîtrisé, une concurrence à la vocation première de l’agriculture qui reste la production alimentaire.
 La réduction des déchets Les performances de tri sont nettement insuffisantes. La politique de tri doit donc être largement revue. Un effort important doit être fait pour la collecte des biodéchets qui représentent 1/3 de nos poubelles. Le compostage individuel doit être fortement incité. Le système de consigne doit aussi être remis en place. La Tarification incitative dont l’efficacité est très forte doit être généralisée.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols La lutte contre l’artificialisation des sols est indispensable. Elle passe par la reconquête des friches (industrielles), des logements vacants. Il s’agit de réoccuper le foncier déjà artificialisé là où c’est possible. Stop aux zones commerciales périphériques.
 Le nucléaire et la transition énergétique Le nucléaire est une énergie qu’on maîtrise et qui permet de produire une électricité peu coûteuse et décarbonée. Elle doit donc être maintenue. Cela passe par la construction d’EPR. Moratoire sur le développement des éoliennes. Cependant, le mix énergétique doit être développé, notamment par le soutien à l’hydroélectricité sur les cours d’eau et au développement du photovoltaïques sur les toitures des bâtiments commerciaux ou industrielles. Vigilance sur le développement d’installations photovoltaïques qui viendraient occuper des espaces agricoles ou naturels.

Salomé Garcia-Fontaine - Ensemble ! - MoDem

Les intrants chimiques Réduire les usages des produits chimiques (notamment les néonicotinoïdes) le plus vite possible à la condition absolue de solutions alternatives. Le glyphosate mérite une analyse plus nuancée en fonction des types d’agricultures concernés et en fonction du bilan écologique global, notamment du bilan carbone des alternatives. Le bénéficie environnemental de l’abandon de ce produit ne doit pas conduire à des émissions carbones qui exploseraient. Développer la recherche sur les solutions alternatives. Imposer au niveau européen des normes aux produits importés équivalentes à celles qu’on impose à nos producteurs.
Les élevages industriels Comprend la logique concurrentielle qu’on impose aux producteurs pour faire baisser les coîts. Défend l’idée de payer le juste prix aux éleveurs afin de les aider à sortir de cette logique d’élevage industriel. Poursuivre et amplifier si besoin la loi égalim2 permettant cette juste rémunération des éleveurs. 
 La méthanisation La méthanisation est une très bonne idée mais il faut mieux l’encadrer pour éviter les dérives. Là encore : "si les agriculteurs étaient payés pour faire pousser de la nourriture, ils ne feraient pas pousser autant de méthaniseurs"
 La réduction des déchets Harmonisation et clarification des consignes de tri à l’échelle nationale. Faire davantage de pédagogie auprès des enfants. Développer les emballages de substitution (bio-sourcés, bio-dégradables). Lutter contre le sur-emballage. La tarification incitative est une bonne idée à creuser. 
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols Réduire l’imperméabilisation des sols pour mieux faire face au dérèglement climatique (lutte contre les inondations). Pas d’arrêt de l’artificialisation mais des constructions qui doivent mieux prendre en compte les impératifs climatiques. Reconquérir les friches (industriels notamment). Arrêt du développement des zones commerciales périphériques.
 Le nucléaire et la transition énergétique .Le nucléaire est une énergie globalement dangereuse (déchets, risques terroristes...). Mais maintien de cette source en l’absence d’alternatives à "bon marché" et en raison du problème de l’intermittence des renouvelables (éolien, solaire). Prolongation possible des centrales existantes en fonction de l’avis des scientifiques sur la sûreté des installations. Prudence sur le développement des EPR en raison des informations complémentaires nécessaires pour se prononcer.

Hervé Giacomoni - Reconquête ! En attente

3e circonscription

Loetitia Beury - Ensemble ! - LREM

Les intrants chimiques Pas de prolongation de la dérogation sur les néonicotinoïdes. C’est à l’industrie sucrière d’apporter par la Recherche et Développement les solutions adaptées. Pas de législation particulières sur le glyphosate. Faire confiance aux agriculteurs qui sont sensibles à ce problème.
Les élevages industriels Des élevages qui ne sont plus acceptables d’un point de vue éthique. Une concentration qui provoque un impact sur l’environnement et les pollutions. Nécessité de légiférer sur la taille de ces exploitations. 
 La méthanisation  Favorable à la méthanisation utilisant les cultures dédiées, CIVE et déchets verts. C’est une solution au problème du mix énergétique. Réservée sur la méthanisation des biodéchets (déchets des communes) et des déchets d’élevage (lisier...) en raison de la présence possible de bactéries résistantes, d’antibiotiques dans le digestat. Maintien du niveau des cultures dédiées à 15%
 La réduction des déchets  Harmonisation des règles de tri d’abord au niveau des départements et au niveau national. Développer les systèmes type "éco-box" (consigne nouvelle génération) qui permettent de soutenir l’économie circulaire. Favorable à la généralisation de la Tarification Incitative.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols  La loi actuelle réduisant les possibilités d’urbanisation est suffisante pour lutter contre l’artificialisation. Revoir cette loi pour ne pas pénaliser les communes vertueuses et raisonnables sur le développement de l’urbanisation. Pas de Zéro Artificialisation Nette des sols. Pas d’interdiction du développement des zones commerciales périphériques mais soutien fort sur la redynamisation des centres-villes.
 Le nucléaire et la transition énergétique Poursuite du nucléaire et construction de 6 réacteurs EPR prévus. Investissement dans les énergies renouvelables adaptées aux territoire. Effort dans la Recherche et Développement pour trouver d’autres sources énergétiques ; Priorité à la sortie des énergies fossiles, à la rénovation énergétique des bâtiments, à l’efficacité énergétique. Nécessité d’adapter les politiques publiques sur les transports en commun. 

Nelly Collot-Touzé - L’écologie au centre

Les intrants chimiques Une mauvaise chose pour les plantes et la santé. il faut remplacer cela par des moyens naturels qui existent déjà. L’Homme doit prévaloir sur l’argent et le profit. Interdiction des néonicotinoïdes au terme de la loi dérogatoire. Interdiction du glyphosate à très court terme.
Les élevages industriels  Opposition aux élevages industriels. Être soucieux du bien-être animal ainsi que de celui du producteur. Nécessité de réduire la consommation de viande et introduisant davantage de repas végétarien. Développer les fermes et élevages maraîchers.
 La méthanisation  Une fausse-bonne idée. Interdiction des cultures dédiées et des CIVE. Seule méthanisation autorisée : celle utilisant des déchets verts et bio-déchets. 
 La réduction des déchets  Ne pas créer de déchets. Priorité à la prévention. Loi sur le sur-emballage pour imposer aux derniers intermédiaires (grande distribution) le paiement de la collecte et du traitement (principe pollueur-payeur). Généralisation de la tarification incitative.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols  Révision de la loi SRU afin de ne plus détruire les terres agricoles. Réoccuper les friches (industrielles et commerciales). Réhabilitation des logements vétustes ou vacants. Arrêt de l’extension des zones commerciales périphériques.
 Le nucléaire et la transition énergétique Pas d’arrêt immédiat mais une sortie progressive au rythme du développement des énergies renouvelables. Investissement massif sur les renouvelables et sur la sécurité des centrales existantes. Sobriété énergétique via l’éducation et la rénovation des bâtiments. 

Didier Fréville - Divers Centre - envoyé par message

Les intrants chimiques favoriser l’emploi des biodéchets et excrétas humains à grande échelle afin de remplacer progressivement les engrais minéraux ou de synthèse consommateurs d’énergie fossile.
Dans le même temps poursuivre la recherche et le développement dans le domaine de l’agroécologie afin de donner des solutions clés en main pour nos agriculteurs.
Les élevages industriels  augmenter le prix payé aux producteurs s’orientant vers des élevages de plus petite taille et garants du bien-être animal.
 La méthanisation  donner la priorité à l’autonomie énergétique du secteur agricole avant de servir en gaz les villes 
 La réduction des déchets  lutter efficacement contre le gaspillage par une sensibilisation des plus jeunes. Fabriquer du solide et du réparable. Tendre vers plus de sobriété et définir ensemble ce qui est essentiel. Pas de sur-emballage inutile.
Étendre l’implantation de recycleries et ne pas limiter les quantités déposées en déchetterie pour lutter contre les dépôts sauvages.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols  Favoriser le retour dans nos villages en adaptant les modes de transports vers les lieux d’activités. Veiller à une compensation systématique et équitable de toute artificialisation des sols. Favoriser la rénovation à la construction, l’impact carbone étant ainsi divisé par 10.
 Le nucléaire et la transition énergétique  Le nucléaire est indispensable d’autant que l’abandon des énergies fossiles va accroître de 20% la consommation d’électricité d’ici à 2050.
En complément, l’état et les collectivités doivent montrer l’exemple en termes de, sobriété (arrêt éclairage public la nuit), d’installation de production d’énergie renouvelable (photovoltaïque en toiture), de transport (véhicules électriques, vélos).
Pour chacun et à tous les niveaux, la question devrait être : « comment devenir autonome énergétiquement ? ». Il faut produire au plus près du lieu de consommation.

Baptiste Gatouillat - Les Républicains !

Les intrants chimiques Favorable à la réintroduction des néonicotinoïdes permise par la loi de 2020. Favorable à l’interdiction de cette substance si les solutions alternatives sont trouvées en 2023. En cas d’absence d’alternative satisfaisante au niveau environnementale et économique, la possibilité d’utiliser ces produits devra être prolongée. Pour les glyphosates : nécessité de trouver une solution alternative avant toute interdiction définitive.
Les élevages industriels Ces élevages se justifient en raison d’une demande et d’une nécessité de maintenir les coûts qui correspondent au marché. Le choix de se passer de ce type d’élevage est possible mais il faut un juste prix pour les éleveurs et une politique volontariste pour faire face à la concurrence "déloyale" d’autres pays moins regardant sur les règles environnementales. 
 La méthanisation Favorable à la méthanisation qui permet de répondre en partie à la problématique énergétique. Nécessité d’être attentif à la concurrence entre la vocation énergétique et la vocation alimentaire de l’agriculture. Un équilibre doit être trouvé. Maintien du niveau des cultures dédiés à 15% 
 La réduction des déchets  Priorité à la réduction "à la source" et à la lutte contre le sur-emballage. L’interdiction des plastiques est une bonne chose mais il faut mettre les moyens pour trouver des alternatives. Harmonisation des règles de tri au niveau national. Interrogatif sur la généralisation de la tarification incitative.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols  Le principe "Zéro Artificialisation Nette" des sols est bon. Mais il faut gérer ce principe plus finement et au plus près du terrain et des communes. Développer la réhabilitation des dents creuses et friches industrielles via des dispositifs fiscaux rendant ces réhabilitations intéressantes. Arrêt du développement des zones commerciales périphériques.
 Le nucléaire et la transition énergétique Favorable au nucléaire et à la construction d’EPR qui constituent une partie de la solution face à la question énergétique. Le nucléaire représente une production électrique de "base" qu’il faut compléter par des énergies alternatives. Développer l’hydrogène qui, produit avec les énergies alternatives, représente une manière de stocker l’énergie. 

Céline Lopes-vaz - Reconquête !

Les intrants chimiques Défavorable à l’utilisation de ces intrants chimiques. Souhaite une législation protectrice vis à vis des importations de produits cultivés avec ces intrants chimiques afin de protéger les consommateurs et les agriculteurs d’une concurrence déloyale.
Les élevages industriels  Veut réduire la taille des élevages et privilégier les élevages à taille "humaine" et les circuits courts. Pas d’interdiction immédiate : Veut agir de manière progressive pour permettre aux agriculteurs de s’adapter.
 La méthanisation  Favorable à la méthanisation sous conditions : interdire les cultures dédiés et ne mettre dans ces unités de méthanisation que les bio-déchets et déchets verts issus de l’agriculture 
 La réduction des déchets  Veut développer la sensibilisation des citoyens à la réduction des déchets et les initiatives pédagogiques.
 L’urbanisation et l’artificialisation des sols  Souhaite la réhabilitation prioritaire des friches industrielles, via des dispositifs incitatifs (fiscaux ou légaux). Arrêt de la construction de zones commerciales.
 Le nucléaire et la transition énergétique  Conserver les centrales nucléaires qui sont une source décarbonée et les réhabiliter afin d’assurer l’indépendance énergétique. Pas de nouvelle construction de centrale dans le département. Pas de démantèlement des éoliennes existantes. Faire émerger d’autres sources d’énergie.

Mesdames et messieurs les candidats

Dans le cadre de la campagne électorale que vous menez, notre association souhaiterait échanger avec vous et connaître vos positions et propositions autour de ces 6 enjeux aux dimensions locales et nationales :

- L’utilisation des intrants chimiques dans l’agriculture et particulièrement les néonicotinoïdes et le glyphosate.
- La place des élevages industriels (poulaillers géants…) dans l’agriculture
- Le développement de la méthanisation
- La réduction des déchets
- L’urbanisation et la lutte contre l’artificialisation des sols.
- La place du nucléaire dans la transition énergétique

Nous ferons, au terme de ces entretiens, un retour auprès de nos adhérents et du grand public ; retour qui permettra d’éclairer le choix des citoyens sur ces enjeux écologiques majeurs.

Dans cette perspective nous vous laissons le soin de proposer la date, le lieu et l’horaire qui vous conviendrait le mieux.
Dans l’attente de votre réponse, nous vous adressons nos vœux de réussite pour cette campagne électorale.

Très cordialement

P. HOUPLON - Président d’Aube-Durable

Plusieurs candidats ont déjà répondu favorablement à notre demande de rencontre :

- Hervé Giacomoni - Reconquête - 1er circo
- Baptiste Gatouillat - LR - 3e circo
- Céline Lopez-Vaz - Reconquête - 3e circo
- Loetitia Beury - Ensemble - 3e circo

P.-S.

Pour des raisons pratiques, nous avons priorisé nos demandes sur les candidats "majeurs" de ces élections. Nous restons bien évidemment disponibles pour rencontrer les autres candidats qui en feraient la demande.