Elections départementales : Faites bouger les candidats et les élus aubois

114 lecteurs | par Le bureau - Aube Durable

Communiqués

A quelques semaines des élections départementales, Aube-Durable souhaite faire entrer les enjeux écologiques dans une campagne électorale bien morne.

Pour secouer nos élus sortants et nos candidats, notre association a distribué, samedi 8 mai, lors de la marche pour le climat, ce flyer appelant à interpeller les candidats en course autour de 5 propositions locales (liste évidemment non-exhaustive).

aube_durable_1_.pdf

Pour approfondir

- Pour une eau de qualité :
Une grande partie des habitants de l’Aube (essentiellement le nord-ouest) doivent subir une eau du robinet fortement polluée par les pesticides et les nitrates.
Face à cela le département doit soutenir une agriculture plus verte et notamment aider la conversion vers le bio des exploitants sur ces communes les plus touchées.
Cette aide pour le bio passe aussi par une commande publique plus "verte", notamment via les cantines scolaires des collèges où l’introduction de produits bio et locaux permettrait de soutenir ces exploitations.

- Pour des mobilités douces dans le département
Le département de l’Aube gère environ 4 500 km de routes. Celles-ci traversent nos villages, nos bourgs mais aussi le coeur même de l’agglomération troyenne. C’est le cas de l’avenue Leclerc et du Pont de la rocade à Ste-Savine. Pour cet axe, récemment rénové, les mobilités douces (singulièrement le vélo) ont été totalement ignorées. Le département de l’Aube doit, selon nous, systématiquement intégrer le vélo dans les aménagements dont il a la charge.

- Pour le Zéro Artificialisation Nette des sols
Le département de l’Aube est un acteur important en terme de construction et de création d’infrastructures (Ecoles supérieures, caserne des pompiers de Ste-Savine, Parcs d’activités de St-Léger et Torvilliers...). A ce titre, il participe à la bétonnisation du territoire et à la disparition de centaine d’hectares de terres agricoles et d’espaces naturelles.
Nous demandons que le département s’impose le "Zéro Artificialisation Nette" des sols. Cela suppose :
- de privilégier le réaménagement et la reconversion des sites existants (notamment des friches industrielles)
- de compenser toute nouvelle artificialisation par une "désartificialisation" d’un espace équivalent.

- Pour une méthanisation qui s’inscrive dans une agriculture bio.
Notre département est pris d’une frénésie dans l’implantation de méthaniseurs agricoles. Cela n’est pas sans conséquence comme le montre le récent risque de pollution de l’unité de Lusigny qui a fait l’objet d’une mise en demeure par le préfet.
Notre association soutient le principe de la méthanisation à condition que cela se fasse d’une manière régulée et démocratique.
Nous demandons :
- Que les projets soient soumis à une concertation locale.
- Que le département ne soutienne que les projets qui s’inscrivent dans une agriculture bio.