Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Nos actions > Législatives 2017 > Déchets et incinérateur : La position de Julien Cynober (10-02)

Déchets et incinérateur : La position de Julien Cynober (10-02)

Retrouvez ci-dessous les réponses de Julien Cynober, candidat LO, dans la 2e circonscription de l’Aube.

Nous sommes bien sûr préoccupés par les problèmes de santé publique et d’environnement que vous soulevez à propos de la question des déchets, de leur production et de leur traitement. Pour nous, qui sommes communistes, ces problèmes découlent de l’irresponsabilité congénitale du capitalisme, qui n’a que la course au profit comme moteur et comme morale, quitte à mettre l’avenir de l’humanité en danger.
Dans cette société où l’argent est roi, le traitement des déchets, tout comme les services postaux, l’éducation, la santé, les transports collectifs, l’approvisionnement en eau et en énergie, doivent rester ou redevenir des services publics, placés sous le contrôle de la population et gérés dans l’intérêt général. Ils ne doivent pas servir à rapporter du profit privé, ni être soumis aux lois du marché, irrationnelles et inhumaines.
Le traitement des déchets ne doit donc pas être confié à de grands groupes comme Veolia, qui le transforment en un marché juteux, sans se soucier des conséquences pour l’environnement et la santé publique – comme en attestent justement les rapports de l’ADEME que vous citez.
Ces dernières années, les capitaux privés n’ont cessé de mettre la main sur les activités rentables, comme à EDF, GDF ou France Telecom. Pour faire de l’argent sur le dos des consommateurs et des travailleurs de ces secteurs, ils augmentent les prix pour les uns et imposent aux autres des réductions drastiques d’effectifs, la flexibilité et la précarité. La gestion des déchets n’échappe malheureusement pas à cette prédation.
Lutter contre la privatisation, et plus généralement défendre l’intérêt général face aux grands intérêts privés, nécessite une mobilisation importante de la population, en particulier de la classe ouvrière. Il faudra instaurer le même changement de rapport de forces que pour arrêter les licenciements, la précarisation et la baisse du pouvoir d’achat. Les luttes éparpillées problème par problème, secteur par secteur, ne peuvent y suffire.
Un tel mouvement d’ensemble ne se décrète pas, mais cela se prépare... et c’est justement ce que nous entendons faire au travers de notre candidature aux élections législatives.

P.-S.

Le candidat ne nous a pas, pour le moment, retourné le questionnaire.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

SPIP 3.2.0 [23444] | Squelette BeeSpip v.