Désinfection des rues : l’état des lieux et la revue de presse.

41 lecteurs | par Le bureau - Aube Durable

Revue de PresseCommuniquésCovid-19

Au regard des différents éléments et du dernier avis de l’HCSP, notre association rappelle ses réserves sur cette désinfection au mieux inutile, au pire dangereuse.

L’avis de l’HCSP

Notre association avait demandé, le 2 avril, la suspension de ces désinfections au regard des risques environnementaux, des préconisations de l’ARS, du ministère de la santé et en attendant l’avis du HCSP.
Cet avis a été rendu (cf. document joint).
Dans cet avis, le HCSP considère à propos de l’hypochlorite de sodium (eau de Javel) (produit utilisé à Troyes) que : « son utilisation n’est pas sans risque pour les travailleurs l’utilisant mais également pour l’environnement. » , confirmant ainsi les craintes que l’on pouvait avoir.
Il relativise cependant la portée du risque :« Le risque environnemental existe mais l’impact en situation réelle sera faible, voire très faible compte tenu du processus de dégradation chimique des désinfectants, comme l’hypochlorite de sodium (eau de Javel). Mais il est difficile d’estimer les risques liés à la dispersion de sous-produits de la chloration. »
Au final, l’HCSP constate : « L’absence d’argument scientifique de l’efficacité des stratégies de nettoyage spécifique et de désinfection de la voirie sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2 (en dehors de son impact psychologique sur la population) » et recommande :

« - de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 ;
- de continuer d’assurer le nettoyage habituel des voiries et d’assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain avec les équipements de protection habituels des professionnels ;
- de ne surtout pas employer d’appareils pouvant souffler des poussières des sols de type souffleurs de feuilles. »

C’est donc un avis extrêmement nuancé qu’on pourrait résumer en considérant plusieurs aspects formulés par le HCSP :
- l’efficacité réelle de la désinfection n’est pas connue ;
- cette mesure est avant tout "un outil de communication majeur montrant que les collectivités locales, les responsables politiques [...] sont mobilisés pour protéger la population " ;
- l’effet psychologique pour le public est réel ;
- Le risque environnemental, bien que très faible, existe et est difficile à estimer pour les sous-produits de la chloration ;

Au regard de ces éléments, nous invitons donc les communes de l’agglomération à ne pas se précipiter dans une désinfection dont l’intérêt n’est pas prouvée et surtout à ne pas utiliser ces produits chlorés aux abords des cours d’eau et des espaces verts où le risque est, selon l’HCSP, plus élevé.

La revue de presse

Faut-il ou non désinfecter les rues (6 avril)

2020-04-06-desinfection.pdf

Des désinfectants vraiment inoffensifs ? (8 avril)

2020-04-08-desinfection.pdf

Les préconisations du Haut-Conseil pour la Santé Publique (9 avril)

2020-04-09-desinfestion.pdf

La désinfection se poursuit

2020-04-11-desinfection.pdf