Grand Débat National à Troyes : le compte-rendu "Parité"

53 lecteurs | par Le bureau - Aube Durable

Conformément à notre engagement, nous publions le compte-rendu du débat organisé par notre association autour du thème de "parité homme-femme".

Constat

En ce 8 mars, journée de la femme, on ne pouvait pas ne pas parler de cette question de la parité en politique et ne pas l’inscrire dans notre débat.
Et comme on voulait éviter les clichés, c’est moi, un homme, qui m’y colle !

Le constat est édifiant : Sur 433 maires dans l’Agglomération, 77 seulement sont des femmes titrait aujourd’hui l’Est-Eclair. Et cela, malgré des lois successives en faveur de cette parité.

A TCM sur les 30 membres du bureau (l’organe essentiel), on ne trouve que 6 femmes. 3 femmes parmi les 15 Vice-présidences, 3 femmes parmi les 14 conseillers communautaires délégués (sorte de sous-vice-président)
Evidemment, les postes « importants » sont réservés aux Hommes :
- Les finances : un homme,
- L’économie : un homme
- Déplacements : un homme

Les femmes sont cantonnées à leurs rôles de femmes : l’action sociale, tourisme, le shopping (pardon le commerce…)

On le voit les stéréotypes sont solidement installés.

La question, très ouverte pour ce dernier débat est donc très simple :
- Comment donner aux femmes leur juste représentation ?
- Faut-il concrètement, imposer des quotas parmi les membres du bureau de TCM ?
- Faut-il imposer des quotas dans les postes de VP ou d’adjoints ?
- Faut-il des mesures de discriminations positives pour permettre aux femmes d’être plus nombreuses ? (indemnités plus importantes, droits à la retraite plus importants...)

Le débat

- Il faut parler du droit des femmes : vaste réflexion ! Pour que les femmes puissent s’engager dans la vie représentative, politique, il faudrait que leur travail et/ou de mère de famille soit facilitée tout au long de leur existence, que l’égalité concernant les salaires, les responsabilités qu’on leur confie, la confiance, le respect qu’on leur accorde, soient à l’égal des hommes. C’est peut-être le cas dans quelques professions, mais ce n’est pas une généralité.
La parité me laisse perplexe : nous ne sommes pas des pantins ou des éléments décoratifs, ayant pour but de satisfaire une demande de partage des pouvoirs ? Oui c’est bien de cela qu’on parle : les hommes devraient accepter le partage du pouvoir qui leur est conféré lors d’une élection.

- Je suis pour la parité, cela modifie les règles même si cela ne change rien sur le fond. L’inégalité de représentation dans la fonction de maire se reproduit de fait dans les communautés d’agglomération et les instances départementales (eau, déchets, …) .
La situation change un peu en haut (assemblée nationale par ex) .
Le sort des femmes seules avec enfant avec un travail à temps partiel n’est pas amélioré, celles qui nous ont alertés sur les ronds-points. On aménage le système, mais je ne fais pas plus confiance aux femmes élues.

- Les députées ne défendent pas la parité.

- Les élus homme ou femme font la même chose.

- Les femmes font des choix dans leur activité et elles sont peu nombreuses à choisir la politique. Elles reproduisent le schéma de leur éducation.

- Comment donner envie aux femmes de s’investir dans la vie politique ?

- C’est un changement de mentalité très profond , très fort de la société , c’est donc très long.

- Je suis contre la parité forcée. Les jeunes ont du mal à se projeter.
Le parcours des femmes est prédéterminé. Il y a encore un problème d’éducation ( retour du rose et du bleu, les dînettes pour les filles etc..)

- On remarque même qu’en quelques années on a encore régressé dans le conditionnement des enfants à leur genre.

- On remarque à nouveau cette déconnexion entre la sphère publique-privée. Dans le privé on reproduit les stéréotypes. Le système tourne en boucle. Les lois et les règles reproduisent le système.

- C’est dans la sphère privé que ça commencera .

- Les hommes vont-ils accepter de partager le pouvoir ? Il ne faut surtout pas être seul avec ce pouvoir.