A Troyes, Quick et Burger King s’engagent dans la réduction des déchets.

1 | 100 lecteurs | par Le bureau - Aube Durable

Deux établissements « Quick » et « Burger King » ont répondu à notre courrier relatif au respect du décret « 5 flux ».

Dans le cadre de la semaine « Réduisons nos déchets  » et la suite de l’action menée par ZWF autour de l’obligation du tri dans la restauration rapide, notre association avait adressé à 6 établissements de l’agglomération troyenne un courrier constatant l’absence de solutions de tri pour les clients et rappelant le contenu de ce décret « 5 flux ».
Deux établissements (« Quick » et « Burger King ») ont répondu à notre courrier relatif au respect de ce décret.
Notre association tient d’abord à remercier ces deux établissements qui ont pris le temps de produire des réponses complètes et solidement étayées. Celles-ci témoignent, par leurs contenus, de l’intérêt des responsables pour ces questions autour de la réduction des déchets.
Nous saluons l’effort entrepris par ces deux établissements pour :
- la collecte, au sein des cuisines, des bio-déchets et leur valorisation en biogaz ;
- la collecte séparée des cartons destinés à la filière papeterie ;
- la collecte des huiles de fritures et leurs valorisation sous forme de biodiesel.

Ces mesures montrent qu’il est possible de mener une politique de valorisation des déchets pourvu que la volonté soit là.

Nous prenons acte du : «  travail actuellement effectué à l’échelle du groupe pour supprimer les déchets destinés au stockage et à l’incinération  » qui, nous l’espérons aboutira à une réduction importante des quantités de déchets résiduels.

Nous prenons acte des difficultés rencontrées dans la mise en place d’un tri des déchets en salle (refus de tri des emballages souillés). Sur ce point précis, il existe actuellement, nous en avons conscience, des freins techniques dans la valorisation matière de ces emballages souillés que la filière du recyclage doit pouvoir surmonter dans les années prochaines. Il semble, sur ce sujet, que la filière allemande permette la collecte et le tri de ce type d’emballages.

Pour conclure, notre association espère que ces deux entreprises pourront servir de point d’appui et inciter les autres établissements de l’agglomération (au-delà même du secteur de la restauration rapide) à s’engager pleinement dans une démarche de réduction des déchets.