Est-Eclair de 2 mai 2018 : Le monde agricole divisé sur l’incinérateur

75 lecteurs | (actualisé le ) par Le bureau - Aube Durable

Publié ce mercredi 2 mai, cet article revient sur les positions prises par les instances agricoles et viticoles locales sur le projet d’incinérateur.

Notre analyse

Avis des instances agricoles et viticoles

Ci-contre, vous trouverez les positions complètes des trois organisations mentionnées dans l’article. Ces éléments factuels permettront à chacun de juger des arguments avancés.

Le syndicat des vignerons de Montgueux  : La position de ce syndicat est claire. Et l’avis défavorable s’appuie sur des arguments précis : l’image du champagne et les risques inhérents aux retombées sur cette image qualitative.

Le SGV [1] reprend la même argumentation que celle développée par les vignerons de Montgueux. Il appuie fortement sur la dégradation de l’image du Champagne et l’incohérence de ce projet, à proximité immédiate du vignoble, avec le classement obtenu à l’UNESCO. Certes, le SGV n’émet pas d’avis strico-sensu, mais la clarté du propos, les très fortes critiques émises ne laissent guère de place au doute.

La Chambre d’Agriculture a modifié son avis final (défavorable lors de la 1er enquête). Les critiques formulées sont pourtant les mêmes (à quelques nuances). Elles sont très sévères. Elles auraient en toute logique dû conduire à émettre un avis défavorable. Mais le courrier indique clairement qu’un rendez-vous a eu lieu avec les porteurs du projet qui a conduit à cet avis "favorable sous réserve". Nous regrettons que la Chambre d’Agriculture, malgré notre demande, ne nous ait pas reçu comme elle a reçu les porteurs du projet. En tout état de cause, l’avis donné témoigne encore de la fragilité du projet et de la faiblesse du processus de concertation.

Notes

[1Syndicacat Général des Vignerons de la Champagne