Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Nos actions > Enquête publique > Enquête publique : Santé, environnement

Enquête publique : Santé, environnement

Vous trouverez ci-dessous une liste d’arguments à utiliser à votre convenance. Pour savoir comment les transmettre au commissaire-enquêteur, rendez-vous ici : Participez à l’enquête publique !

1. Les risques sanitaires

L’étude de L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) publié en 2008 montre que dans un rayon de 20 à 30 km autour des incinérateurs des années 1980 et 1990, le risque de développer un cancer est supérieur de 6 à 23 %.
L’InVS insiste sur le fait que, pour mesurer les effets des incinérateurs fonctionnant aux normes d’aujourd’hui, il faudra attendre 5 à 10 ans.
L’incinérateur projeté dans le Grand Troyes produira ses polluants pendant au moins 40 ans.

« [L’étude] a mis en évidence des relations statistiquement significatives entre l’exposition des populations aux rejets de l’incinération et le risque :
- de cancer du sein et de cancers toutes localisations chez la femme ;
- de lymphomes malins non hodgkiniens pour les deux sexes analysés ensemble et chez la femme ;
- de myélomes multiples chez l’homme.
 » (Source : Conclusion du rapport de l’INVS)

A lire :
- Le rapport complet de l’INVS
- La synthèse du rapport de l’INVS

2.Des scientifiques prennent position (l’Appel de Paris)

En France, en raison de ces risques sanitaires, des scientifiques ont signé un appel (Appel de Paris) réclamant l’arrêt de la construction de tout incinérateur.
Parmi les signataires de cet appel réunis le 7 mai 2004 à l’UNESCO : Paul Lannoye, Nicolas Hulot, Lucien Israël, Dominique Belpomme, Samuel Epstein, Corinne Lepage, Luc Montagnier, Albert Jacquard...
« M145 : Interdiction de la construction de tout nouvel incinérateur et de toute nouvelle autorisation de coïncinération. »

A lire : L’appel de Paris

3. 102 médecins alertent les autorités

A Echillais, face à un projet similaire, 102 médecins ont alerté les autorités face aux risques sanitaires de l’incinération. Ils mettent en garde sur « l’effet cocktail » et indiquent que pour certains polluants, comme les dioxines, ce n’est pas la dose qui fait le poison, mais la durée d’exposition : «  Ces filtres diminuent le rejet de certains toxiques mais plusieurs centaines de molécules sont retrouvées dans le panache d’un incinérateur. Nous ne savons pas clairement dans ce cocktail, quelles molécules et quels mécanismes mènent aux cancers.  »

A lire : La lettre des médecins

4. Une localisation qui aggrave le danger

L’incinérateur représente un danger potentiel par la nature de ses activités et de ses émissions. Ici, le choix d’implanter l’incinérateur en pleine agglomération accroît donc significativement le risque car il expose une population dense sur une très longue durée (40 ans).
- Plusieurs milliers d’habitants seront sous le panache de l’incinérateur porteurs de dizaines de molécules chimiques.
- Une quinzaine d’établissements scolaires de la Chapelle Saint Luc : Collèges, Écoles primaires, Écoles maternelles se trouvent à moins de 1 500 mètres du site.

Cette localisation méconnaît le principe de précaution élémentaire car elle repose sur des considérations économiques (réduction des trajets, revente de l’énergie).
La localisation devrait prioritairement tenir compte des enjeux sanitaires et limiter le nombre d’habitants menacés.

5. Des rejets polluants

A. Le défaut de contrôle.
Seule une vingtaine est contrôlée sur plusieurs centaines émises. Les seuils réglementaires sont respectés pour les molécules contrôlées. Les autres substances sont rejetées sans contrôle.
D’autres molécules sont mesurées de façon périodique ce qui ne garantit pas le respect des seuils et expose les populations à des dépassements éventuels qui ne seront pas identifiés.

B. Les dépassements
Les dépassements des seuils sont autorisés réglementairement (4 heures consécutives et 60 heures par an). Ces dépassements sont fréquents dans les autres installations et exposent les populations à des émissions dangereuses. Sur ces périodes de dépassement, les rejets peuvent être l’équivalent d’une année d’émission.

A lire : Article 10 - relatif aux installations d’incinération et de co-incinération de déchets non dangereux.

C. L’efficacité des filtres
Les normes et les performances des filtres évoluent avec la recherche. Ceci signifie que pendant plusieurs années, on acceptera d’exposer des habitants à des molécules qui seront considérées comment dangereuses dans le futur.
Les scandales de l’amiante ou de la dioxine montrent qu’en la matière la prise de conscience du danger vient souvent trop tard.
Selon les médecins d’Echillais : « Les nouveaux filtres n’ont pas démontré qu’ils supprimaient le risque de cancer autour des incinérateurs. L’éventualité d’un risque n’est pas tolérable, d’autant qu’il existe des alternatives […] à l’incinération moins dangereuses pour la santé publique. »

A lire : La lettre des médecins d’Echillais.

D. Le danger des molécules futures.
Certains polluants ont des effets combinés (l’effet cocktail) sur la santé qui sont encore méconnus. De même, l’évolution de la composition de nos biens de consommation, donc de nos déchets, introduit de nouvelles substances potentiellement toxiques. Ni la science, ni le législateur ne peuvent prévoir les effets sur notre santé de ce qui sera brûlé dans le futur.

6. Les risques d’accidents industriels.

40 accidents sur des incinérateurs ont été recensés entre 2007 et 2013 entraînants fuites, explosions, incendies, émanations de substances polluantes...
A Reims, en juillet 2011, un incendie s’est déclaré dans l’incinérateur situé hors de l’agglomération. Celui-ci a touché une fosse de déchets de 2 000 m 3 et provoqué l’effondrement partiel de la structure métallique du bâtiment. A proximité se trouvait l’unité de traitement des fumées abritant 3 000 t d’acide chlorhydrique et une cuve de gaz de 13 m 3 . Ceci a nécessité l’intervention de 80 hommes, 5 fourgons, d’une cellule mobile d’intervention chimique et la fermeture de l’autoroute A34.
L’implantation de l’incinérateur au cœur de l’agglomération Troyenne rend de tels risques inacceptables.

A lire : La liste des accidents dans les incinérateurs sur la période 2007-2013

7. L’incinération augmente l’effet de serre.

Etude comparative des modes de traitement des déchets

L’incinération produit nettement plus de GES [1] que tous les autres modes de traitement des déchets.

La construction de cet incinérateur contribuera donc à accentuer l’effet de serre et va à l’encontre :
- Des accords de Paris dans lesquels la France s’engage en 2028, à réduire de 33% ses émissions liées aux déchets.
- De l’avis de la Commission Européenne de janvier 2017, demandant l’instauration d’un moratoire sur les projets d’incinérateur : «  Comme mentionné plus haut, c’est la prévention et le recyclage des déchets qui contribuent le plus en termes d’économie d’énergie et de réduction des émissions de GES »
A lire :
- Les engagements de la France dans le cadre des accords de Paris
- L’avis de la commission européenne

8. Les mâchefers : produits polluants et dont on ne sait que faire

Les mâchefers sont des résidus solides issus de l’incinération. Les mâchefers représentent 27 à 33 % du poids incinéré. Ils sont toxiques car ils contiennent 5 à 10 fois plus de dioxines que les fumées et concentrent les polluants issus de l’incinération. On y trouve des traces de métaux lourds : arsenic, cadmium, cuivre, zinc, antimoine…

Leur « valorisation » est devenue problématique car le BTP [2], filière traditionnelle pour écouler la production de mâchefers, se détourne de ces déchets.
Deux exemples :
- Le département du Rhône éprouve de grosses difficultés à écouler les 270 000 tonnes de machefers produites chaque année : «  Il y a dix ans, dès qu’on pouvait mettre du mâchefer, on le faisait. L’avantage, c’est qu’il ne coûtait presque rien et qu’il avait de bonnes propriétés mécaniques, explique un terrassier lyonnais qui a préféré gardé l’anonymat. Mais maintenant, tous les professionnels savent que c’est une vraie saloperie et qu’il contient plein de polluants... » (Source : Lyoncapitale.fr)

- En Seine et Marne, les responsables de la société YPRMA [3] expliquent : «  Nous produisions 250 000 tonnes de mâchefer en 2005 sur notre site de Lagny-sur-Marne (77), et nous n’en vendons désormais plus que 50 000 tonnes  » (Source : Lemonde.fr)

Cette situation conduit aujourd’hui à l’apparition de comportements délictueux qui témoignent du danger de ce modèle. Le 4 juillet 2017, le Tribunal correctionnel de Paris a condamné plusieurs sociétés impliquées dans le dépôt illégal de 30 788 tonnes de mâchefer, sur un terrain agricole situé à Saint-Cyr-sur-Morin (77).

A lire : 
- L’article du Monde.fr sur le démantèlement du trafic
- L’analyse du jugement par l’ONG Zéro Waste

Nous demandons une étude indépendante et des garanties sur les possibilités du département de pouvoir traiter ces déchets. En l’absence de solution, le procédé d’incinération générera environ 20 000 tonnes/an de déchets polluants à enfouir dans des centres classés et un surcoût important dans le fonctionnement de l’installation.

A lire : Le bilan des mâchefers

9. Les REFIOMS : des résidus hautement toxiques.

L’incinération, contrairement à l’idée reçue, ne nous permet pas de nous débarrasser de tous les déchets : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (Lavoisier) L’incinération augmente le degré de toxicité par effet de concentration des polluants et par effet de la combustion sur les molécules.

Les REFIOMS, très toxiques, représentent 3 à 4 % du tonnage incinéré soit, ici, entre 1 800 et 2 400 tonnes chaque année. Ils contiennent des cendres volantes, des résidus de neutralisation des fumées, des gâteaux de filtration des eaux de lavage des fumées, des cendres sous chaudière. L’enfouissement de ces résidus est très onéreux (de 230 à 900 €/t selon toxicité). Ils représentent une source de pollution diffuse de l’environnement à long terme.

titre documents joints


info document
(PDF – 787.8 ko)

info document
(PDF – 77.9 ko)
 

Notes

[1Gaz à Effet de Serre

[2Bâtiment et Travaux Publics

[3Société spécialisée dans la commercialisation des mâchefers

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

SPIP 3.2.0 [23444] | Squelette BeeSpip v.